PALSE2 > Actualit PALSE


Un vecteur puissant pour attirer les talents : interview de Raffaele Marino

Actus PALSE

Share |

Raffaele Marino, chercheur en physique lcole centrale de Lyon, nous parle des dispositifs post-doctorat du PALSE et IMPULSION, et laide reue par leur biais pour dvelopper des projets innovants, tout en continuant collaborer avec des chercheurs venus du monde entier.

Dans quelle mesure les actions PALSE post-doctorat et IMPULSION vous ont-elles accompagné dans votre parcours ?

J’ai débuté mon parcours académique en Italie, puis l’ai poursuivi dans plusieurs pays dont la France, où j’ai obtenu mon doctorat de physique en cotutelle avec l’Université de Nice Sophia Antipolis. Après avoir travaillé pendant plusieurs années aux États-Unis, notamment au Centre national de recherche atmosphérique à Boulder (Colorado) ainsi qu’à l’Université de Berkeley, j’ai découvert le Programme Avenir Lyon Saint-Étienne et les facilités qu’il propose pour mener des recherches de pointe à l’Université de Lyon, en tant que post-doctorant. J’ai immédiatement vu dans ce dispositif une chance unique de travailler sur mes idées et projets de recherche personnels, tout en continuant d’évoluer dans un des environnements académiques les plus stimulants d’Europe.
Avoir été post-doctorant dans le cadre du PALSE, auprès du Laboratoire de Physique de l’École normale supérieure de Lyon, a fortement contribué à mon développement professionnel. Le PALSE m’a prodigué les conditions optimales pour atteindre d’importants objectifs scientifiques et concourir pour de prestigieux postes de recherche en Europe et aux États-Unis. En 2016, j’ai par exemple remporté le premier prix CNRS et un poste de « chargé de recherche de première classe » à l’École centrale de Lyon. En tant que chercheur permanent au CNRS, et attaché au Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique à Centrale, j’ai pu bénéficier plus avant des actions PALSE à travers le dispositif IMPULSION. Ce dernier accompagne actuellement mon activité avec un soutien qui m’a permis d’initier des projets de recherche à Centrale, tout en continuant de collaborer avec des chercheurs venus du monde entier. Je peux donc dire sans hésitation que le PALSE a fait une grande différence en créant pour moi des opportunités de revenir en Europe et de poursuivre mes recherches. Les avantages offerts par le PALSE ont renforcé mon désir de travailler en France et de poursuivre une carrière académique dans un des établissements de l’Université de Lyon.

Que pensez-vous que ces dispositifs puissent apporter au site Lyon Saint-Étienne en termes d’attractivité ?


La qualité de la recherche, la disponibilité des ressources et des environnements internationaux sont parmi les premières choses que demandent les chercheurs internationaux lorsqu’ils choisissent une institution où conduire leurs travaux et poursuivre leur carrière. Les programmes développés par le PALSE contribuent à renforcer la stature internationale du site Lyon Saint-Étienne, en soutenant les académiques expérimentés et internationalement reconnus dans le développement de leurs projets novateurs. Tout cela contribue à composer une somme d’expertise académique et de potentiel de recherche au sein du site, qui à leur tour seront dans quelques années un vecteur puissant pour attirer de nouveaux talents scientifiques, à travers le rassemblement des instituts et établissements.

Pourquoi avoir choisi Lyon Saint-Étienne pour conduire vos recherches plutôt qu’une autre ville en Europe ?

La présence de laboratoires d’excellence dans mon domaine de recherche, à savoir la physique non-linéaire et les fluides multi échelles, ainsi que la forte collaboration entre les établissements qui m’ont accueilli, l’ENS et Centrale, sont ce qui a motivé ma décision de travailler à Lyon Saint-Étienne. La synergie existante entre les équipes d’excellence des différents laboratoires est renforcée par la multitude de services centralisés prodigués par l’Université de Lyon, afin de promouvoir l’échange de ressources à l’échelle locale et internationale. Je citerai par exemple l’immense travail réalisé par l’espace Ulys, dont j’ai bénéficié personnellement, et dont les actions sont capitales pour l’intégration des chercheurs internationaux à Lyon et Saint-Étienne. Je crois également que les programmes promus par le PALSE ont eu rôle à jouer pour favoriser les interactions entre chercheurs juniors et expérimentés, et créer des passerelles interdisciplinaires pour que les chercheurs comme moi puissent conduire leurs recherches en France

Télécharger l'interview complète (en anglais) [PDF - 617 Ko]
Plus d'info sur le PALSE
Plus d'info sur le dispositif IMPULSION